La novlangue managériale

Tous les salariés des grands groupes connaissent la fameuse novlangue managériale forgée dans les années 1990. Ou du moins la reconnaissent : elle se présente souvent sous format power-point, se décline en « slides » constellés de schémas abscons et de mots abstraits mais tournés vers des objectifs très concrets de performance entrepreneuriale, de gain financier et même de prouesse personnelle. Dans ce dictionnaire managérial, figurent des mots ou expressions comme « conduite bénéfique du changement », « satisfaction des stakeholders » ou des « parties prenantes », « respect de la gouvernance » ou « du gouvernement d’entreprise ».

Une terminologie positive cynique

Ce dialecte managérial vient récemment de franchir une nouvelle étape. Encore plus effrayante au vu de son champ d’application : les plans de restructuration. Avec un cynisme sans limites, les dirigeants de grands groupes et leurs épigones des ressources humaines s’ingénient à habiller d’une terminologie positive, presque enjouée, leur programme de réduction d’effectifs. Les exemples abondent : dernièrement, le plan « Transformation 2020 » du groupe aéronautique Latécoère prévoit une réduction de 10 % des effectifs en France. En dépit de son intitulé, le « Business Developpement Plan 2014-2016 » de BNP Paribas s’accommode de plan de départs. Le « Stratégie 2020 » de Sanofi sonne pas mal aussi, il fait de l’équipe dirigeante des visionnaires attachés au long terme et à la pérennité de leur multinationale mais le dit plan comporte un austère volet social. Le programme « Drive the change » de Renault suggère aussi la prise en main par les équipes de leur destin à condition d’admettre les réductions de coût, pierre angulaire du dispositif. Sans parler du plan « Valens » conçu par Vallourec, une référence latine au mot « robuste », une contraction – voulue ? – des mots « valeur » et « ensemble » mais avec des réductions d’effectif à la clé. Toute l’astuce consiste à trouver les bons mots pour sonner la mobilisation de tous par la « démobilisation » de certains ou la restriction des moyens. Très fort !

Des mots édulcorants plaqués sur des sinistres réalités

Le monde de l’entreprise passe en quelque sorte d’Orwell à Huxley, du vide des clichés langagiers au vice du meilleur des mondes. Attention, dénoncer ces « abus de langage » ne revient pas à invalider par principe ces plans de restructuration. Si les pertes s’accumulent, si le carnet de commandes se vide, une entreprise doit pouvoir tailler dans les effectifs sous peine de mettre définitivement la clé sous la porte. Mais, alors, autant le dire tout de go, sans faux-semblants, sans se perdre dans un récit de bisounours…

Mais, au lieu de cela, les managers préfèrent plaquer sur des sinistres réalités des mots édulcorants. Personne ne mord à l’hameçon – et surtout pas les syndicats – mais les consultants et les DRH persistent. Résultat contre-productif : les mots font désormais peur aux salariés. Ainsi, quand Lakshmi Mittal indique « regarder comment optimiser l’aval » au moment de céder deux filiales françaises (WireSolutions et Solustil), tout le monde s’affole. Le sociologue Vincent de Gaulejac oppose d’ailleurs très justement « l’imaginaire leurrant » à « l’imaginaire moteur ». Parier sur le premier annihile le second. Alors pourquoi les managers persistent dans cette langue à la guimauve et semblent même tous les jours progresser dans son maniement ?

Des managers indifférents

À rejeter, la théorie du grand marionnettiste, tireur expérimenté de ficelles au sommet de sa tour à la Défense, dans le but de « fabriquer du consentement » selon les termes d’Edward Berneys, le neveu de Freud.

À méditer en revanche, la thèse plus triviale de… l’indifférence des managers à l’égard des hommes et de femmes de l’entreprise. Les « Drive the change », « Transformation 2020 » et autres plans de restructuration aux titres sympathiques ne s’adressent tout simplement pas aux salariés mais aux investisseurs. Ils sont destinés à finir sur papier glacé à l’intérieur des « rapports annuels » publiés quelques jours avant l’incontournable Assemblée générale des actionnaires. Ceux-là d’ailleurs cocheront aussitôt les bonnes cases de rentabilité, selon des objectifs de court terme définis sur Power Point. Par la magie de la spéculation, la nouvelle novlangue et ses mots remplis de vide se convertiront en gain virtuel. Au fond, les managers ne se soucient plus du réel.

A voir aussi : https://comiteorwell.net/2016/07/11/la-nouvelle-novlangue-manageriale/

 Georges Vignaux

Publicités