Face à l’intelligence artificielle, préserver l’incertitude ?

Nous vivons une époque où un but de footballeur peut être qualifié d’historique. L’écrivain argentin Jorge Luis Borges (1899-1986), quant à lui, pensait que l’histoire est toujours très discrète. À ses yeux, deux doigts suffisaient pour dénombrer les événements majeurs survenus depuis la nuit des temps: l’apparition d’un second personnage sur la scène du théâtre grec, et le récit d’une guerre par le peuple vaincu. Il est possible pourtant de lui opposer que l’invention de la roue, de l’imprimerie, de l’aviation, du téléphone, de la télévision et d’internet pourraient bien relever de cette catégorie d’événements rares. Faut-il y ajouter la victoire d’Alpha Go, le logiciel de Google, contre le champion d’Europe du jeu de go, un être humain dénommé Fan Hui?

Certes ce jeu est peu répandu en Europe, et Fan Hui n’est qu’un joueur de bon niveau, sans plus. Mais, l’univers de l’intelligence artificielle est en émoi. Jusqu’à présent, le nombre de combinaisons au jeu de go semblait trop grand pour qu’un ordinateur puisse calculer tous les coups possibles avant de jouer. Pour le jeu de go, le nombre de combinaisons possibles est, disent les spécialistes, de 10600. Il s’agit d’une grandeur astronomique, intellectuellement inconcevable. Notre esprit est d’autant plus dépassé qu’il est incapable d’établir la moindre différence entre 1038, 1075, 10120 ou 10432. C’est dire la performance du logiciel qui vient de vaincre un être humain rompu au jeu.

Les jeux de stratégie ne sont pas que des divertissements. Ils expriment une culture, une mentalité, une approche du réel. Ils relèvent de l’intelligence, c’est-à-dire de l’aptitude à établir des relations. Qu’elle soit humaine ou artificielle. Il ne faut donc pas plaisanter avec eux. D’autant que leur maîtrise aboutit à la réduction de l’incertitude propre à tout combat, voire à sa suppression. Même si l’écart entre un jeu et son application dans la réalité quotidienne des hommes reste grand.

Échecs vs. poker

Au moment de la crise de Cuba, du 14 octobre au 28 octobre 1962, les Américains étaient persuadés que les dirigeants de l’URSS d’alors jouaient aux échecs, discipline reine dans ce pays. Les Russes pensaient quant à eux que les Américains jouaient au poker, jeu prisé outre-Atlantique. Aussi la politique de Kennedy s’inspira de la logique échiquéenne, et celle de et celle de Khrouchtchev du poker. Chacun pensait ainsi jouer le jeu de l’autre.

À l’époque, le monde est passé à côté de la guerre nucléaire peut-être parce que chacun s’était trompé de stratégie ou, plus simplement, parce que le cerveau humain ne pouvait pas identifier rapidement toutes les conséquences d’une décision. Dit autrement, il restait un large degré d’incertitude. Si la certitude avait gagné les cerveaux des deux camps, ou si leur connaissance de la stratégie adverse avait été parfaite, que serait-il advenu?

Éloge de l’incertitude

En 1972, Scott Boorman publia un livre intitulé Go et Mao. Il y analysait la stratégie du leader chinois à partir de la méthode propre à ce jeu, de son nom originel, Wei Chi, inventé il y a plus de 2.500 ans. Mao, comme Ho Chi Minh au Vietnam l’avaient emporté en jouant au go contre des esprits occidentaux habités par les échecs, et convaincus de leur supériorité.

Désormais, l’intelligence artificielle peut identifier à une vitesse vertigineuse toutes les possibilités que recèle un coup, aux échecs ou au go. Elle permet de se rapprocher de la certitude. Au jeu. Heureusement, le passage à la réalité n’est pas du même ordre. Dans la réalité, il faut espérer que l’incertitude continuera de caractériser toute stratégie. Faute de quoi nous risquons gros, car «il n’y a que les fols certains et résolus», rappelait Montaigne. On le voit bien avec le terrorisme. Mais l’espoir subsiste: aucun ordinateur n’est pour l’instant capable de créer un texte qui décrocherait un prix Nobel de littérature.

François Rachline, Science & santé, 03.02.2016

Cf http://www.slate.fr/story/113469/essor-intelligence-artificielle

 Georges Vignaux

Publicités
Ce contenu a été publié dans Uncategorized par georgesvignaux. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos georgesvignaux

Directeur de recherche honoraire au Centre national de la recherche scientifique, Paris. Docteur d'Etat en linguistique et sciences cognitives (Paris7) Directeur de programmes en langage et cognition et nouvelles technologies de communication Chevalier dans l'Ordre national du Mérite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s